Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation




Retour à l'aperçu des communiqués actuels

Commission des finances Oui aux crédits informatiques

16 novembre 2020 – Communiqué de presse

La Commission des finances recommande à l’unanimité au Grand Conseil d’approuver les 14 crédits informatiques pour un total de 428,1 millions de francs qui lui seront soumis lors de la session d’hiver. Ces crédits ont été étudiés en détail par sa section compétente. Les tâches et les exigences que l’administration doit remplir ne cessent de croître et seule une informatique performante lui permet d’y faire face. La commission s’attend à ce que les coûts informatiques puissent être stabilisés à moyen terme.

La Commission des finances a étudié ces affaires en détail et posé des questions écrites à toutes les Directions concernant leur crédit. Elle a reçu des réponses circonstanciées (69 pages A4 au total). Des délégations des Directions ont ensuite été invitées par la section compétente de la commission à passer en revue et à discuter ces crédits.

Crédits pour les services de base

Pour les services de base dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC), le Conseil-exécutif propose des crédits séparés, d’un montant peu important, uniquement pour la Direction de l’instruction publique et de la culture et pour la Direction des travaux publics et des transports. Pour le reste de l’administration, c’est l’Office d’organisation et d’information (OIO) de la Direction des finances qui est compétent et qui gère l’ensemble des moyens alloués aux services TIC de base. Le poste de travail cantonal, les imprimantes, les réseaux, etc. qu’utilisent tous les collaborateurs et collaboratrices du canton sont pilotés par l’OIO. Le crédit annuel demandé pour les services TIC de base gérés par l’OIO est en hausse de 6,4% par rapport à l’année précédente. Cela s’explique principalement par un nouveau contrat avec la Bedag Informatique SA ; il contient des prestations supplémentaires et des prestations que la BEDAG fournissait auparavant, mais sans les facturer. Une étude comparative sur le poste de travail cantonal est en cours de réalisation. Elle servira de base pour étudier des mesures d’optimisation.

Crédits pour les applications spécialisées

Les Directions demeurent responsables de leurs applications spécialisées, raison pour laquelle ces applications font l’objet d’un crédit pluriannuel séparé pour chaque Direction. Le renforcement de la centralisation se répercute dans ce domaine aussi. Il a permis d’avoir une meilleure vue d’ensemble des applications utilisées et d’en supprimer 380, et de procéder à des rationalisations dans 240 autres cas. Malgré cela, les coûts augmentent dans presque toutes les rubriques par rapport à la période précédente. Mais des raisons plausibles ont pu être fournies pour ces dépenses supplémentaires. Les exigences auxquelles l’administration doit satisfaire augmentent dans presque tous les domaines (volumes en hausse, complexité croissante, normes de qualité et de sécurité plus strictes, nouveaux projets de numérisation). Pour pouvoir faire face à ces exigences en hausse sans personnel supplémentaire, il est indispensable d’avoir des systèmes informatiques stables et performants. Les TIC évoluent toujours à un rythme soutenu et les systèmes deviennent vite obsolètes s’ils ne sont pas mis à niveau en permanence. Le gouvernement et l’administration sont très actifs sur ce plan, avec la Stratégie pour une administration numérique et l’actualisation de la Stratégie TIC pour la période 2021 à 2025. De plus, la crise du coronavirus a montré qu’une informatique performante garantissait à l’administration cantonale de pouvoir travailler efficacement, y compris lorsque le télétravail est de rigueur.

L’informatique sous la loupe de la politique

Cela fait plusieurs années que l’informatique est sous la loupe de la politique. Le rapport publié en 2014 suite à un audit indépendant de l’informatique dans l’administration cantonale (rapport UPI) mettait en évidence un important potentiel d’amélioration. Le Conseil-exécutif a alors lancé le programme IT@BE, avec plusieurs objectifs : standardiser et centraliser systématiquement l’infrastructure informatique de l’administration cantonale et son pilotage ; instituer un organe de pilotage stratégique des TIC ; améliorer la gestion des coûts. Ce programme a permis de réaliser à ce jour des économies estimées à 7 millions de francs par an environ. D’ici la clôture du programme en 2021, les économies devraient atteindre 14 millions de francs par an.

Malgré la hausse générale des coûts, la Commission des finances propose à l’unanimité d’accepter les crédits demandés. Comme l’indiquent les prévisions, elle s’attend à ce que les coûts se stabilisent au cours des années à venir (en particulier après la réalisation du gros projet d’ERP, qui demande de gros investissements). Elle continuera donc de suivre attentivement l’évolution des dépenses.

Crédit complémentaire pour le système NeVo/Rialto

La Police cantonale et le Ministère public du canton de Berne développent avec Swisscom un nouveau système de gestion des dossiers. Le but est de pouvoir travailler sans rupture de support, depuis l’ouverture des dossiers par la police jusqu’à la clôture des procédures par le Ministère public. Le volume des dossiers concernés est énorme et le nouveau système facilitera le travail quotidien des policiers et des procureurs. D’importants gains de productivité sont attendus et beaucoup de programmes employés actuellement pourront être supprimés. Il s’agit d’un projet pilote à l’échelle suisse, dans lequel de nouvelles fonctionnalités doivent être intégrées, ce qui motive la demande de crédit complémentaire. La Commission des finances a été sensible à l’argument selon lequel les dépenses supplémentaires sont nécessaires pour obtenir les gains de productivité visés. Elle rend donc un avis favorable. Le système NeVo/Rialto sera mis en place l’an prochain. Il a en outre suscité l’intérêt d’autres cantons, qui envisagent de l’adopter.

Crédits informatiques présentés lors de la session d’hiver 2020

Services de base

Coûts annuels

Montant total du crédit

Total général

 

428,1 mio.

FIN/OIO - crédit-cadre 2021

110,3 mio.

110,3 mio.

INC - crédit-cadre 2021

0,7 mio.

0,7 mio.

DTT - crédit-cadre 2021

0,6 mio.

0,6 mio.

TOTAL

111,6 mio.

111,6 mio.

     

Applications spécialisées

Coûts annuels (moyenne)

 

FIN - crédit-cadre 2021-2023

26,9 mio.

80,7 mio.

DSSI - crédit-cadre 2021-2023

7,9 mio.

23,6 mio.

DSE (hors POCA) - crédit-cadre 2021-2023

9,0 mio.

26,9 mio.

DEEE - crédit-cadre 2021 -2023

7,8 mio.

23,3 mio.

DIJ - crédit-cadre 2021-2023

12,9 mio.

38,6 mio.

INC - crédit-cadre 2021-2023 

5,7 mio.

17,0 mio.

DTT - crédit-cadre 2021-2023 

2,8 mio.

8,4 mio.

CHA - crédit-cadre 2021-2023

0,8 mio.

2,3 mio.

JUS - crédit-cadre 2021-2023

(examen par la Commission de justice)

5,0 mio.

15,0 mio.

TOTAL

78,6 mio.

235,8 mio.

     

POCA crédit-cadre 2021-2023 services de base + applications spécialisées

23,7 mio.

71,1 mio.

Projet NeVo/Rialto – 3e crédit complémentaire

 

5,5 mio.

Crédit complémentaire DIJ par rapport au crédit-cadre 2017-2020

 

4,1 mio.

Retour à l'aperçu des communiqués actuels


Informations supplémentaires



Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.gr.be.ch/gr/fr/index/gr/gr/aktuell.html